Pierre Berger fait polémique.

Publié le par Lu

Allumez votre tv, écoutez la radio, ouvrez votre journal... à quelques jours de l'opération annuelle du Téléthon, vous ne pourrez pas échapper aux propos de Pierre Berger qui ne cessent de faire polémique.

L'homme d'affaires à la tête du Sidaction a déclenché un véritable séisme en déclarant que le Téléthon "parasite la générosité des français d'une manière populiste". Ces termes souvent jugés incompréhensibles, aburdes, provoquent surtout un profond malaise au sein des associations. La bataille de l'argent que se livrent celles-ci, sujet tabou, est pour la première fois sur le devant de la scène.
Cette intervention au delà de l'absurdité de prétendre qu'une cause vaudrait plus qu'une autre, rappelle surtout que le milieu associatif évolue lui aussi dans un univers concurrentiel. Susciter la générosité du public tout au long de l'année, assurer la visibilité de la cause que l'on défend, est chose particulièrement difficile d'autant plus en cette période de crise. Il appartient donc aux associations et à leurs communicants de doubler d'ingéniosité pour se différencier et attirer la sympathie du public. Communiquer en association et un véritable défi, l'objectif est double: soigner leur image et collecter des fonds.

Qu'en sera-t-il pour le Sidaction et le Téléthon? Pensez-vous que cela affectera les résultats du téléthon? Ces propos alimentent-ils un débat qui permettra de mettre en avant (avant l'heure) les actions du Téléthon ou au contraire ternira son image et également celle du Sidaction? C'est en tout cas ce qu'on craint certains comme Vincent Pelletier, directeur de l'association de lutte contre le Sida, qui a choisit de se démarquer en déclarant: " Ce n'est pas vrai que le Téléthon phagocyte les dons des Français. Il ne nous a jamais gênés".
Cette polémique est aussi un bel exemple rappelant l'importance pour ces association de communiquer sur les actions réalisées chaque année grâces aux dons récoltés. Si cela avait été le cas, la polémique aurait sans doute été moindre, voir évitée.

En attendant les retombées, rdv le 4 et 5 décembre prochain: 3637!

Commenter cet article